Fibromyalgie : que sait-on au juste ?

123m-moe-pijn-depress-psy-24-7.jpg

 La fibromyalgie est une forme de douleur chronique diffuse associée à d’autres symptômes invalidants. Où en sont les connaissances à propos de ce syndrome ?

On estime que la fibromyalgie affecte environ 2% de la population adulte dans les pays occidentaux. Une équipe française (Inserm) a procédé à un état des lieux des connaissances sur la maladie, en termes de symptômes, de diagnostic et de traitement. Une analyse de la littérature scientifique internationale (1600 documents au total) a été réalisée par quinze experts émanant de plusieurs disciplines (neurologie, pharmacologie…).

Les symptômes

Si la fibromyalgie est avant tout associée à des douleurs chroniques diffuses et fluctuantes, une grande majorité des patients souffrent aussi de fatigue persistante, de difficultés de concentration et d’attention, ainsi que d’un déconditionnement physique (processus psycho-pathologique conduisant à l’inactivité physique et au repli sur soi).

On ajoutera que 85% des patients présentent des symptômes anxieux et dépressifs, et que 95% se plaignent de troubles du sommeil. L’expertise montre que la fibromyalgie est très hétérogène dans son expression clinique, avec une grande variabilité dans sa sévérité. En tout état de cause, elle s’accompagne d’un impact réel sur toutes les dimensions de la qualité de vie.

Le diagnostic

En l’absence de marqueurs biologiques spécifiques, il est difficile à poser. Il repose sur des critères cliniques en constante évolution. Les résultats des études d’imagerie médicale (IRM…) réalisées jusqu’à présent sont très variables et ne permettent pas d’aider au diagnostic.

La prise en charge

• L’expertise met l’accent sur la nécessité de favoriser un accompagnement multidisciplinaire qui s’adapte et qui évolue en fonction des symptômes.

• Une remise en mouvement précoce par une activité physique adaptée est l’un des aspects centraux de la prise en charge afin, entre autres, de prévenir ou de limiter le déconditionnement physique.

• Pour les patients présentant des symptômes anxio-dépressifs, la psychothérapie peut faire partie de la prise en charge afin de les aider à améliorer leur bien-être psychologique et leur qualité de vie.

• Les médicaments peuvent s’avérer efficaces ponctuellement contre certaines plaintes (douleur, troubles du sommeil, anxiété ou dépression…), mais il est important d’en prévenir le mésusage, notamment en évitant la prescription d’opioïdes.

Enfin, une autre grande recommandation de ce groupe d’experts porte sur la poursuite et le développement de recherches de qualité sur la douleur chronique généralisée, dont la fibromyalgie..

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *